2016 marque un tournant dans les usages : pour la 1ère fois en France, le nombre de connexions à Internet via un mobile a dépassé celui des connexions via un ordinateur.

Les raisons du succès du Mobile Learning

Parallèlement, on constate que les modalités d’apprentissage se diversifient à la fois sous l’impulsion des individus eux-mêmes, de l’évolution des technologies et des organisations qui se transforment.

Dans ce contexte, on comprend que le mobile learning ait le vent en poupe et fasse l’objet d’un nombre croissant d’articles, études et rapports de tout poil.

Alors effet de mode ou véritable atout pour optimiser les dispositifs de formation ?

Voici 3 raisons pour lesquelles, le mobile learning, ça fonctionne !

  1. Acquisition durable de connaissances et transformation effective

On le savait empiriquement et c’est aujourd’hui fondé scientifiquement, notre attention diminue à partir de la 12ème minute environ, et sans attention, pas de mémorisation durable ! Le format mobile se prête particulièrement bien à des contenus courts, découpés et organisés qui facilitent une consultation brève, intense et souvent répétée.

Si répétition et réactivation stimulent la mémorisation, rien de plus facile avec le mobile que de pousser du contenu adapté, périodique, sur des durées longues et qui dépassent le « temps » stricto sensu de la formation. Le mobile learning contribue ainsi au renforcement mémoriel.

Une deuxième condition d’apprentissage efficace consiste à solliciter plusieurs sens. Les capsules de microlearning permettent de diffuser du contenu sur support multimédia pour un ancrage de connaissances plus solide et plus profond.

Contenus courts, multimédia et répétition dans la durée sont trois atouts naturels du mobile learning pour capter l’attention, renforcer la mémorisation et l’acquisition de savoirs et compétences durables.

  1. Individualisation des parcours

Une formation qui fonctionne, c’est une formation qui répond aux besoins de chaque individu. Le mobile learning ouvre un nouveau champ de possibles en matière de personnalisation et ce grâce à différentes fonctionnalités :

  • Le paramétrage du parcours, des contenus, de la fréquence de réception… sont autant d’éléments qui permettent à chacun de construire une progression ad-hoc.
  • La prise en compte de l’environnement de l’apprenant, de son niveau, de sa progression facilite la mise à disposition de contenus adaptés. La récolte et l’analyse des données d’usage (assiduité, interactions, évaluation…) permet de générer en temps réel et pour chacun le scénario de formation qui lui convient le mieux.
  • L’évaluation reprend tout son sens. Continue, discrète mais qualitative, elle redevient un moyen d’atteindre ses objectifs. Et, parce qu’elle génère des données, l’évaluation influe sur le contenu dispensé. C’est un outil de progression et non plus seulement une mesure au terme de la formation.
  • L’accompagnement et le tutorat se construisent comme une conversation et un échange dans la durée, propices à une relation de confiance bien plus personnalisée.

En conclusion, parce que le média, c’est le message et que nos smartphones sont le prolongement le plus personnel de nous-mêmes, le mobile learning appelle par nature l’émergence d’une forme essentiellement individualisée d’apprentissage et de suivi.

  1. Emotion, engagement, expérience utilisateur impactante

Parce qu’elle se déroule de manière épisodique, la diffusion de micro-contenus sur mobile appelle l’émergence d’un scénario narratif qui met en scène la connaissance. La création de récit, en contrepoint du contenu d’apprentissage aura le double avantage d’accrocher le mobinaute et de solliciter l’imaginaire et l’émotion dans le processus cognitif.

Une autre grande force du mobile learning est l’opportunité donnée aux apprenants de créer eux-mêmes du contenu qu’ils pourront à leur tour partager. En termes d’apprentissage, on gagne à deux niveaux : partage des connaissances et expériences sur un plan horizontal (apprentissage de pair à pair), et création de contenus concrets, utiles et inspirés du terrain. La crédibilité accordée aux contenus est alors plus forte et le transfert devient plus naturel.

 

Alors oui, au bout du compte, le mobile learning est bien plus qu’un gadget ou un complément de parcours. Il propose de vrais moyens d’acquisition expérientielle fondés sur la souplesse, l’accueil confiant des apprenants, l’adaptation et la personnalisation. De par sa variété et ses rythmes, le mobile learning promet de nouvelles formes d’apprentissages évolutifs et dynamiques.

 

Repéré sur daesign.com