Les compétences, clés de l’emploi de demain

Dans son rapport au Premier Ministre relatif au Grand plan d’investissement 2018-2022, Jean Pisani-Ferry met en avant la place que doit prendre le développement des compétences dans la dynamique nationale.

Jean Pisani-Ferry, économiste français, a largement contribué à forger la politique économique du candidat Macron. Il vient de remettre le 25 septembre 2017 un rapport sur le Grand Plan d’Investissement au Premier Ministre.

Vers une société de compétences

En investissant 15 milliards d’euros dans la , le Gouvernement envoie un message fort sur l’importance de développer ses compétences tout au long de la vie.

Pour le rapporteur, « Les compétences sont la clef de l’emploi et de la compétitivité de demain. La contribution du plan d’investissement à cet effort collectif, qui concerne tous les actifs et toutes les entreprises, sera principalement de rendre l’accès à l’emploi à un million de chômeurs peu qualifiés et à un million de jeunes décrocheurs. Il s’agira de formations longues et qualifiantes, assorties d’un accompagnement personnalisé. »

L’objectif fixé pour cet axe de développement est de 300 000 emplois et une baisse d’un point du taux de chômage structurel.

Le rapport indique que si le taux d’emploi en France était égal à celui de « nos meilleurs partenaires » (comprenez « les pays européens les plus performants ») , le revenu par tête serait de 15 % supérieur. 

Pourquoi investir sur les compétences ?

Il ressort du rapport, plusieurs arguments à renforcer les compétences : « il y a urgence à conduire, dès ce quinquennat, une action d’envergure pour le développement des compétences. Trois motifs y invitent : la compétitivité, le développement de l’activité économiquel’accès à l’emploi des personnes les moins qualifiées. »

La suite de l’article sur cpformation.com