logo

 

Pour une communication réussie, il devient primordial de réaliser des supports visuels de qualité. Avec les outils de création d’infographie qui fleurissent sur le web, il est désormais possible d’obtenir très facilement des résultats professionnels. Canva est l’un de ces outils plein de promesses. Disponible en anglais, Canva est l’objet de notre test du jour.

Découverte de Canva

Qui dit outil web, dit souvent création d’un compte. Avec Canva, on ne déroge pas à la règle. Première étape se connecter via Facebook ou en saisissant son adresse mail. En quelques secondes on est connecté à l’outil et on peut suivre le didacticiel qui est nous est imposé. Habituellement, je n’aime pas que l’on m’impose de suivre un tuto ou un didacticiel mais là, il faut dire qu’il ne fait que 23 secondes (oui oui, pas plus, pas moins), et qu’en plus il est très bien fait. Pour moi, Canva réussi un véritable tour de force avec cette animation en introduction : 23 secondes pour expliquer le fonctionnement, ça prouve l’extrême simplicité de l’outil ! La preuve en image :

Suite à cette animation, on a le choix ce coup-ci, de suivre ou non un “Starter Challenges”, un exercice didactique avec 5 étapes clés à maîtriser pour créer un Canva. En une minute, c’est plié et je me lance donc dans la création de mon premier support :

1. Je choisi le support pour lequel mon infographie est destinée (Header Facebook ou Twitter, Poster, Flyer, Blog, Carte de visite, Invitation…) ou je saisi mes propres dimensions

2. Je sélectionne un modèle parmi ceux proposés (ou Layout dans le langage Canva) ou alors je pars d’une page blanche

3. J’ajoute/modifie/supprime du texte, des images, un background. A noter que la bibliothèque d’image propose 1 000 000 de contenus (certains sont payants !) et que je peux rajouter mon propre contenu !

4. Je partage directement sur les réseaux sociaux ou je télécharge (Lien, jpeg ou pdf).

Et voila le résultat au bout de 2 minutes de labeur !

Essai

 

Bilan de ce test

Tellement simple d’utilisation et performant que l’on pardonne à Canva l’absence de multilingue et l’incompatibilité avec les petits écrans (donc les supports mobiles). Je ne connaissais pas cet outil auparavant mais désormais il est en tête de mes favoris sous mon navigateur et il y a fort à parier que mes prochains articles soient agrémentés de quelques CANVAs !


Notes

 

%d blogueurs aiment cette page :