L’institut Montaigne, Think tank indépendant qui a pour vocation d’élaborer des propositions concrètes dans divers domaines s’est penché sur la formatioin professionnelle. La note publiée au mois de septembre revient donc sur la réforme du 5 mars 2014 et émet notamment de sérieux doutes sur la soutenabilité financière du système.

Je vous invite à lire cette note avant de répondre à la question suivante :

[poll id=”3″]

 

 

Et parce que je sais que certains d’entre vous n’iront pas au bout des 11 pages, voici la conclusion de la note :

En résumé

L’examen de la loi du 5 mars2014 suggère qu’une réforme plus ambitieuse de la formation professionnelle sera nécessaire en France dans les années qui viennent. Cette réforme devrait viser à mettre en relation directement les individus avec les prestataires de formation.Un tel système suppose des mécanismes de certification indépendante permettant de révéler en partie la qualité des formations. Il suppose également un accompagnement de qualité pour les salariés et les demandeurs d’emploi dans leurs parcours de formation, ainsi qu’un dialogue social actif permettant d’anticiper les mobilités internes ou externes. 

Rien que ça ! Vaste mais inévitable chantier auquel je rajouterais qu’il est important de prévoir les financements nécessaires pour les dispositifs déployés…