L’élagage consiste à orienter ou limiter le développement d’un arbre. (…). L’élagage est aussi un processus biologique naturel d’abandon des branches, ou parfois d’une partie du houppier (descente de cime), afin d’optimiser les ressources et dépenses d’énergie de l’arbre. Source : Wikipédia 

Organismes de formation : élagage en vue

N’ayez crainte, je ne vais pas vous faire un cours d’arboriculture !

Je vais plutôt vous parler du grand nettoyage qui ne fait que commencer dans le milieu des organismes de . La faute à qui ? A la réforme bien sûr !

Jusqu’à présent, et depuis toujours (à mon échelle !), “pour exercer sur ce marché, il suffisait d’une part d’être déclaré comme organisme de formation (simple formalité adminsitrative) et d’autre part de réaliser des formations de qualité selon les critères fixés par les acheteurs de formation en entreprise” nous précise Marc Dennery.

Et bien, en tout juste 1 an, les règles sur lesquelles le marché de la formation est établi depuis plus de 40 ans vont être balayées. Et avec ça, ne nous fourvoyons pas, nombre d’organismes de formation vont disparaître… par la force des choses !

C’est évidemment regrettable de voir des confrères fermer boutique, mais est-ce pour autant une si mauvaise nouvelle ? La question mérite d’être posée ! Et à vrai dire je n’ai pas de réponse… pour le moment.

 

[poll id=”6″]

 

Si vous ne savez toujours pas à quelle sauce vont être mangés un bon  nombre d’OF, je vous invite à vous reporter à l’article de Marc Dennery qui résume assez bien la situation :

1) Les formations réalisées devront être certifiantes

Tous les dispositifs de formation représentant au total 1% de la masse salariale sont orientés vers des formations certifiantes.

2) L’organisme de formation devra être certifié ou référencé

Le décret à venir sur la qualité de la formation va alourdir considérablement l’exercice du métier de formation. Si sa rédaction reste en l’état, dès le début de l’année prochaine, plus aucune formation ne pourra être financée par un OPCA ou un OPACIF si l’organisme n’est pas lui-même certifié ou référencé.

Selon toute vraisemblance,  l’OF devra donc être certifié OPQF, ISO ou NF Formation… Belle affaire que voilà pour ces organismes certificateurs !  Beaucoup moins pour les organismes ! Crise de nerf et trou dans le budget en perspective…

Autre possibilité : être référencé chez les OPCA/OPACIF… jusqu’à 46 dossiers perspective !

Bref, un joli casse tête (pour être poli) qui va nous amener sur le marché des consultants une nouvelle rareté : l’expert en certification et en référencement. Et oui, si vous n’avez pas encore remarqué, à chaque chamboulement, quelques malins en font leur spécialité (loi madelin, crédit impôt recherche…).

 

Si l’on essaie de se projeter : que va t’il se passer au 1er janvier 2016 pour l’OF qui n’aura pas sû ou pû s’adapter ? Et bien ils n’auront tout simplement plus la possibilité de se positionner sur plus de la moitié du marché de la formation.

Pour finir, je vais reprendre la conclusion de M. Dennery :

Il est urgent de donner du temps aux entreprises et aux organismes de formation pour s’adapter. A vouloir obstinément des résultats tangibles le plus rapidement possible, on finit par confondre vitesse et précipitation