Si l’on y réfléchit bien, la transformation digitale, c’est surtout une mine d’or pour des milliers de consultants qui interviennent dans des entreprises, des collectivités, qui animent des conférences… à des décideurs effrayés par l’arrivée du digital et de ses digital natives dans leur monde merveilleux mais néanmoins poussiéreux.

Transformation, nom féminin

  • Action de transformer : La transformation des matières premières.
  • Passage d’une forme à une autre : La transformation de la chrysalide en papillon.
  • Modification, changement : Faire des transformations dans une maison.

Synonymes : conversion, reconversion, transmutation…

Soyons honnêtes, mais surtout réalistes, que ce soit d’après les résultats des études PISA, la position de nos universités dans les classements mondiaux, jusqu’au désamour des salariés pour la professionnelle… la formation et l’éducation traditionnelle ne marchent pas ! Alors pourquoi vouloir les TRANSFORMER avec le digital ? RÉINVENTONS !

Etes-vous déjà entrés dans un amphithéâtre à l’université, dans une salle de formation, dans une classe au collège ?

On s’y fait CHIER ! Si malgré ça, cette purge était un passage obligé mais nécessaire pour mon apprentissage ! Mais non… suffit de voir les heures que nous avons tous passées en cours d’anglais.

Transformation digitale

 

Nous sommes tous d’accord pour dire que les élèves et les stagiaires d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes qu’il y a 20 ans. Les méthodes et les pédagogies doivent changer, la posture du formateur doit changer,… jusqu’aux espaces-temps en formation qui doivent eux aussi changer.

Plus que la génération des digital natives qui ne trouve pas son compte dans l’éducation et la formation traditionnelles, ce sont tous les stagiaires qui ne veulent plus venir s’asseoir dans les salles, écouter des heures…

L’histoire de ce mec qui pique du nez, qui a le regard dans le vide, qui glisse peu à peu sur sa chaise, qui baille de manière contagieuse… Le formateur s’agace de ce manque de respect évident, hausse le ton, accélère ses phrases (…) et toujours RIEN ! Mais  que se passe t’il ? Et bien ce mec, s’il pouvait dire franchement ce qu’il ressent, il vous chuchoterait en mobilisant le peu d’énergie qu’il lui reste… Je m’emmerde !

Alors pitié, sortons de cette spirale de l’emmerdement et de l’inefficacité maximum et ne transformons pas la formation avec le digital, mais révolutionnons-là. Laissons aussi la parole aux nouvelles générations pour qu’ils nous disent comment ils imaginent la formation de demain. Si on veut réellement cette rupture, laissons la place aux architectes de demain. Ils ont su changer notre façon d’écouter la musique, de nous déplacer, d’acheter à manger, de se faire des amis, d’organiser nos vacances, de travailler… Mais qu’attendons-nous pour leur confier notre formation vieillissante ?

%d blogueurs aiment cette page :