Avec le tsunami numérique qui vient de déferler sur l’éducation et la , on assiste à un débat permanent. D’un côté, ceux pour qui le numérique représente une révolution, qui va apporter à coup sûr une amélioration des apprentissages, et de l’autre, ceux pour qui il n’y a quasiment rien de bon à tirer de l’introduction du numérique. Je me tiens le plus souvent à l’écart  de ces débats, simplement parce qu’il y a des arguments intéressants de part et d’autre, et surtout parce les échanges sont stériles, entre pseudo experts de la pédagogie, de l’innovation, des usages du numériques…

La technologie améliore-t-elle les apprentissages ?

S’il y a un reproche que je dois faire à tous les professionnels de l’éducation et de la formation, c’est bien d’éprouver des difficultés à prendre du recul ou à se remettre en question. Nous sommes tous convaincus de maîtriser notre sujet, nous sommes destabilisés lorsque que quelqu’un ou quelque chose remet en cause notre position de sachant. Et surtout, la fin programmée de l’école de la transmission telle qu’elle était jusqu’ici nous a tous plus ou moins perturbé. “Que vais-je devenir ? Les technologies ne remplaceront jamais mon savoir, mon savoir-faire et mes années d’expériences !”

Pour en revenir au numérique et aux technologies dans les apprentissages, contrairement au titre de cet article, ne nous posons pas la question “La technologie améliore-t-elle les apprentissages ?” mais plutôt “Que puis-je faire avec ces technologies ?”

Concentrons-nous sur les usages de ces technologies et non sur ces technologies en elles-mêmes… Vous voyez la différence ?

Réfléchissons plutôt à la valeur ajoutée que nous allons pouvoir créer avec ces technologies, comment nous allons en tirer le meilleur parti et les rendre transparentes. Devons-nous les imposer aux professeurs ou alors leur laisser le libre-choix d’usage ?

Pour illustrer cette réflexion, je vous invite à visionner la vidéo de l’interview d’Emmanuel Davidenkoff, auteur du Tsunami numérique, directeur de la rédaction de l’Etudiant, chroniqueur sur France Info, L’Echo républicain et L’Express. Vidéo réalisée par Rosetta Stone.