Le digital en formation peut-il susciter l’engagement et la motivation à se former ? Vendredi 19 mai, Romain Gibert, consultant en digital learning et auteur du Daily Learning News, est revenu pour le blog Tactileo sur les bonnes et les mauvaises raisons, qui doivent vous guider dans votre démarche de digitalisation de vos contenus de formation.Chaque formateur doit, à l’ère du digital, proposer ses formations au format numérique, parce que les stagiaires sont dans l’attente d’un contenu multimédia, accessible partout et tout le temps. Si vous ne le faites pas, d’autres le feront à votre place. Comment et pourquoi digitaliser aujourd’hui ses contenus de formation ? Choisir le bon outil en fonction de vos besoins, faire le point sur vos parcours de formation, les scénariser et les découper en modules, nous vous aidons à y voir plus clair, par la voix de Romain Gibert.

Pourquoi et comment digitaliser ses contenus de formation ?

Chaque jour, nous consommons, échangeons, nous informons, nous formons, via internet avec nos smartphones, nos tablettes et autres objets connectés. La transformation digitale des entreprises est un fait, induit par l’irruption du digital dans notre quotidien personnel et professionnel.

La formation « n’échappe pas » au phénomène. L’acte de se former est impacté par les outils digitaux. On parle de « Digital Learning »

 

Visionnez le podcast de l’intervention

Digitaliser ses contenus de formation

Pourquoi digitaliser ?

« Si je veux parler à des amis qui se trouvent dans la même pièce que moi, je leur parle ; s’ils sont dans une autre ville, j’utilise la communication digitale. Je ne choisis pas la communication digitale parce que c’est « l’avenir », mais parce que cela me permet de communiquer avec mes amis. De même, pour la pédagogie vous devez vous demander ce que vous voulez enseigner et en déduire quels sont les meilleurs outils pour le faire : plutôt digital, plutôt physique ou un mélange des deux. Les étudiants ont besoin de concret, d’expériences tangibles, nous devons donc faire attention à trouver un équilibre. « 

Tim Bell, professeur en Sciences de l’Informatique à l’université de Canterbury

Que vous inspire cette réflexion ? Me concernant, elle symbolise la mode actuelle de la digitalisation à tout-va. Chaque fois qu’un client me sollicite pour un accompagnement sur la digitalisation de ses formations, je lui demande quel est son objectif. D’après-vous, quelles sont les réponses les plus fréquentes ?

Avant de répondre à la question du pourquoi digitaliser, il est important d’avoir une approche cartésienne, et d’identifier les erreurs fréquentes afin de ne pas les reproduire.

  • Croire que naturellement, les stagiaires ont une appétence naturelle pour le numérique
  • Privilégier l’outil aux usages. Penser son projet de digitalisation autour du prisme technologique et confondre la fin et les moyens
  • Vouloir être à la mode
  • Associer formation digitale à formation à distance

D’autant que la digitalisation des contenus de formation ne se limite pas au e-learning traditionnel. Le digital en formation regroupe en réalité 3 grandes familles de modalités pédagogiques :

  • La formation à distance asynchrone, avec laquelle l’apprenant suit sa formation indépendamment de la présence du formateur. Il peut généralement suivre celle-ci quand il le souhaite (ex : e-learning, vidéo learning, serious game, etc.).
  • La formation à distance dite synchrone, quand l’apprenant est contact en temps réel avec son formateur via des outils de communication telle que la visioconférence ou le tchat.
  • Et bien sûr, le présentiel, c’est-à-dire la formation traditionnelle en salle.

En aucun cas, il ne faut cantonner le digital learning à l’une ou l’autre de ces modalités. Digitaliser son activité de formation, c’est lui donner les moyens de jouer avec l’ensemble des modalités décrites ci-dessus.

 

Il n’y a de nombreuses raisons de prendre le virage de la digitalisation. Je ne vais pas les énumérer toutes mais seulement me concentrer sur les plus significatives selon moi, et m’attarder sur ce qui va permettre de répondre à la seule question qui vaille:

Comment développer l’engagement de vos stagiaires dans leur formation grâce au digital ?

 

        1. Ludifier les apprentissages, ou l’utilisation des mécanismes du jeu dans la formation.

Il existe une illustration que j’aime utiliser pour présenter l’intérêt de ludifier les apprentissages : Daphné Bavelier et son effet brocolis.

J’en avais parlé dans une tribune intitulée Divertir pour enseigner. Concrètement, nous pouvons passer des heures à jouer à des jeux vidéos. Les éditeurs de ces contenus sont donc des pros du divertissement. Ils ont trouvé la formule quasi magique pour rendre leurs clients addicts à leurs productions. Faisons en de même en formation !

Vous connaissez tous l’histoire du gars qui s’est endormi en formation. L’histoire de ce mec qui pique du nez, qui a le regard dans le vide, qui glisse peu à peu sur sa chaise, qui baille de manière contagieuse… Et bien si je dois gamifier mes formations, c’est pour lui, pour le combler sur ses attentes de divertissement, pour le rendre addict, pour le motiver à s’engager dans l’apprentissage…

En fait, on devrait arrêter de se torturer le cerveau, la réponse à notre question est plus simple qu’on ne l’imagine, on doit gamifier pour une seule et bonne raison : sortir les stagiaires de ce cycle de l’emmerdement maximum…

        2. Consommer la formation comme on consomme la musique et la vidéo: à la demande

Quand on prend l’habitude de ne plus prévoir et d’anticiper quoi que ce soit dans sa vie quotidienne (ce qui est la transformation sociale la plus profonde des plateformes, de Facebook à Uber en passant par Blablacar, Deliveroo ou AirBnB) imagine-t-on encore attendre plusieurs mois pour se rendre en formation et acquérir le savoir tant attendu ?

Marc Dennery, C-Campus

       3. Socialiser l’apprentissage. Développer et encadrer les échanges et surtout les interactions entre participants, en salle et à distance.

Aujourd’hui, le digital learning est un support à vos cours à distance mais aussi un réel appui à vos séances de formation et d’information collectives en présentiel: quoi de mieux pour captiver votre auditoire que de lancer un sondage et de suivre en temps réel les résultats ?

         4. Maximiser le taux de réussite

Qu’ils soient autonomes ou avec formateurs, les apprenants disposent d’une grande variété de feedback constructifs grâce au digital. Les parcours sont individualisés en fonction des échecs et des réussites de l’apprenant. Cette individualisation des parcours permet un apprentissage adapté et par conséquent un taux de réussite plus élevé. De plus, les médias, la gamification, l’interactivité et le caractère désormais mobile de la formation contribuent à rendre l’apprentissage digital plus efficace, car plus récurrent, moins lourd et donc moins ennuyeux. Le digital permet de de proposer des contenus sous différentes formes afin de s’adapter à tous les besoins d’apprentissages et aux préférences individuelles. Certains apprennent en visionnant des vidéos, d’autres en s’exerçant, et d’autres encore en visualisant des images, en lisant des textes. Vous constaterez très vite qu’il n’existe pas de dispositif idéal. Chaque stagiaire ayant ses préférences.

       5. Augmentation de la qualité des prestations

Avec le digital vous apportez un plus à votre offre. En dehors de la salle, dès que vos élèves disposent de temps libre, peu importe où ils se trouvent, il suffit qu’ils consultent leur smartphone pour continuer de se former et de progresser.

       6. Améliorer le suivi de la formation

Consultez rapidement le taux de suivi de vos formations, les échecs et les réussite de vos apprenants et disposez d’une vue en temps réel du niveau et des difficultés rencontrées par vos élèves.

       7. Continuité de service 

Il s’agit probablement du plus grand avantage du digital learning. Un dispositif bien pensé assure la continuité de l’apprentissage (il y a du lien entre ce que je fais en salle, à distance, seul ou en groupe). Ce dispositif est accessible à tout moment. La véritable révolution apportée par le digital est que je peux désormais me former partout, tout le temps, mais surtout tout de suite.

L’apprentissage en ligne permet aux stagiaires d’étudier à leur propre rythme, face à un emploi du temps chargé, vos stagiaires sont libres de constituer leur agenda comme bon leur semble. De plus, ils peuvent suivre leurs cours n’importe où : à la maison, dans le bus, dans un parc, s’ils disposent d’un appareil mobile avec eux.

Comment digitaliser ?

 

1.     Le choix des outils

L’offre est pléthorique ! Par conséquent, c’est difficile de choisir. Il va vous falloir créer, diffuser, communiquer…

Ne vous limitez pas à l’avis de la direction informatique ou de la direction formation. Pensez-aux utilisateurs finaux : formateurs et stagiaires avant tout.

Selon moi, 3 critères essentiels pour le choix de vos outils. Ils doivent :

  • Etre simple et intuitif
  • Etre évolutif
  • Répondre aux standards actuels (pour garantir l’interopérabilité et la pérennité de vos contenus)
  • Mobile

 

2.     Acculturez votre cible et vos formateurs

Si notre quotidien est désormais baigné dans le numérique, notre quotidien professionnel n’en a pour autant pas été marquée (ou pas encore devrais-je dire). Avant de digitaliser vos formations, il faut donc « étudier » votre public cible et à sa capacité à s’approprier les modalités digitales…

Veillez à intégrer le digital learning dans vos dispositifs de manière progressive pour y acculturer vos apprenants en douceur.

Vos apprenants auront besoin d’être accompagnés avant même le début de leur parcours. La définition d’un plan de communication et d’un programme de tutorat sera ainsi un des facteurs clé de réussite de la digitalisation de vos formations.

3.     Digitalisez votre dispositif

A ce moment clé, gardez en tête que votre objectif n’est pas de digitaliser à tout prix, mais de créer de la valeur.

Il est donc indispensable de scénariser votre dispositif pour voir à quels moments le digital peut apporter une plus-value. Cette plus-value peut être de favoriser les échanges, de réveiller la salle à un moment clé, de faire un test de positionnement, une évaluation…

 

Nous vous invitons à voir ou revoir cette intervention en podcast en cliquant ICI