Nous accompagnons depuis de nombreuses années entreprises et organismes de dans la transformation digitale de leurs offres de formation. Nous avons, nous-mêmes, été amenés ces 10 dernières années à digitaliser 100% de nos offres de professionnalisation (tuteurs, formateurs, chefs de projet formation, responsable de formation, référents FEST…

Chaque fois, nous avons constaté le même cheminement du digital à l’humain. Centré d’abord sur la techno, puis sur le contenu à produire. Et une fois, les premiers modules produits et diffusés, on s’aperçoit rapidement que la question de ceux qui vont porter ces offres est essentielle. L’accompagnement des formateurs devient majeur. Mais cela n’est pas suffisant, car la digitalisation remet en cause en profondeur l’usage même de la formation.

D’une simple hybridation des contenus (un peu de digital à côté de beaucoup de présentiel) on prend conscience du renversement de paradigme. Les apprenants qui prennent goût au digital prennent aussi goût à l’autodétermination dans leur apprentissage. Ils souhaitent conduire eux-mêmes leur parcours de formation. Leur niveau d’exigence s’élève. Ils redemandent de l’autonomie, de la capacité à pouvoir se former quand ils le souhaitent, comme ils le souhaitent.