Pour beaucoup, se former à distance, de chez soi, signifie suivre des cours par correspondance. Cependant, pour une génération plus ancrée dans le présent, on pense très naturellement au E-Learning ou . MOOC (Massive Open Online Course en anglais), VOD (Videos on Demand), vidéo conférences, Open Class, etc.

Ce type de a l’avantage de regrouper des participants géographiquement dispersés, qu’ils soient élèves ou enseignants. Ils doivent cependant répondre à une seule contrainte, celle de disposer d’un accès à internet. Ces derniers peuvent ensuite se connecter en fonction de leur disponibilité, et ce, dans la limite du délai de mise à disposition du cours.

On aurait tort de penser qu’au XXIème siècle, à l’ère du numérique, alors que toutes les entreprises se mettent à niveau, s’équipent et se forment au digital, que tous sont à l’aise, visés et concernés par ce type d’outil de formation. Il y a bel et bien un public qui n’est absolument pas prêt pour ne pas dire réticent à cette évolution de l’apprentissage. Sans rentrer dans les clichés, les plus Senior et au-delà qui n’ont pas grandi et eu besoin de ces outils pour exercer leur profession par exemple. Quand de nouveaux besoins sont créés, certaines habitudes sont difficiles à perturber. Aujourd’hui, les amphithéâtres terrestres sont remplis d’étudiants qui enregistrent leurs notes directement sur leur ordinateur portable mettant à mal une époque où nous utilisions des cahiers à spirales et des stylos à plume. Les premiers riraient sûrement des seconds et pourtant, quelle méthode peut se prétendre meilleure que l’autre en termes de méthodologie ? Aucune bien entendu puisque cela répond simplement à une époque et des réflexes différents.

Lire la suite : Le digital learning: simple option ou réelle nécessité stratégique pour l’enseignement supérieur ? – Digital Learning Manager News