Que vous soyez acheteur de contenu e-learning, créateur de module, ingénieur pédagogique multimédia et j’en passe, vous êtes tous confrontés à une problématique commune : Comment définir / représenter votre projet e-learning ?

Acheteur, vous avez reçu pour un même projet plusieurs propositions , difficilement comparable avec des prix allant du simple au triple. Editeur de contenu e-learning, vous rencontrez des difficultés à faire adhérer vos prospects aux propositions que vous leur adressez, et quand bien même lorsque vous y arrivez, ils existent de réelles discordances entre votre proposition et leurs besoins/visions du projet. Ingénieur pédagogique multimédia, vous n’avez de cesse de répéter qu’il vous faut connaître le degré de scénarisation et de médiatisation attendu avant de pouvoir proposer une quelconque maquette ou un éventuel chiffrage.

Jusqu’ici méconnue et encore trop peu utilisée, la classification e-learning e2c* est pourtant  un formidable outil, simple à mettre en oeuvre et à matérialiser permettant de régler (en partie) les problématiques précédemment citées. Peut-être n’est-elle pas plus utilisée parce qu’elle a été mise en oeuvre par les équipes de l’éditeur de solutions E-learning nantais Edoceo ?! Pourtant, libre d’utilisation, cette classification s’avère un atout efficace lorsqu’il s’agit de se représenter un projet de contenu e-learning !

Cette classification permet, selon 2 critères : la complexité de la scénarisation et le degré de médiatisation, de définir le niveau de réalisation du contenu e-learning.

Classification e2c

Exemples :

 

Exemples e2c

 

Amis éditeurs, acheteurs, ingénieurs péda… Et si, pour parler le même langage on utilisait un référentiel commun ? Il existe, pourquoi s’en priver !

Source : E-doceo.net

 

*La classification e-learning e2c a été déposée auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI). Elle peut être utilisée librement à la seule condition de conserver le titre « classification e-learning e2c » et de ne pas en modifier son contenu.